Accueil AVC TCC Aphasie

La Réadaptation

La réadaptation et l'adaptation à la nouvelle vie pour une personne ayant subi un AVC ou un TCC, ou encore étant aphasique, sera plus ou moins longue et exigeante selon le type, la gravité et la région où se trouvera la lésion occasionnée par l'accident.

Toutefois, sans regard à l'une ou l'autre des problématiques, on peut dégager certaines similitudes quant au processus général de traitement. En fait, la guérison est un travail d'équipe dans tous les cas. Pour réussir, la personne accidentée aura besoin de l'aide de son entourage. Un programme de réadaptation sera essentiel et les spécialistes de l'équipe, soit selon les cas : physiothérapeute, orthophoniste, ergothérapeute, infirmière, neurochirurgien, neurologue, neuropsychologue, omnipraticien, physiatre, psychiatre, psychologue, psycho-éducateur, orthopédagogue, travailleur social, conseiller en orientation, conseiller en réadaptation, éducateur spécialisé, etc., tous partagent un même but, aider à récupérer au maximum des séquelles de l'accident et aider à recouvrer un maximum d'autonomie.

Le programme de réadaptation comprendra généralement deux étapes dont voici une brève description :

Première étape : La survie
Le but premier est de stabiliser l'état physique et neurologique afin de passer, le plus tôt possible, à la seconde étape. Il s'agit ici de limiter la déficience et les complications potentielles qui pourraient aggraver la condition de la personne accidentée.

Deuxième étape : Revivre
C'est à cette étape qu'interviendra la brochette de spécialistes, dont il a été question précédemment, dans la réalisation du programme de réadaptation. Il s'agit de l'étape où s'effectuera la préparation et la réintégration au domicile.

La réadaptation fonctionnelle étant sur la bonne voie, il faudra alors faire place au développement de l'autonomie dans les activités quotidiennes. Grâce à un suivi serré du conseiller en réadaptation et à un support constant d'une association telle que l'ACVA-TCC ainsi que de l'entourage, la personne accidentée réintégrera progressivement une vie sociale dont le but ultime est le retour aux activités scolaires ou professionnelles. Il est alors important de bien profiter de toutes les ressources disponibles afin de réaliser cette phase dans de courts délais.
Toutefois, la personne accidentée atteindra inévitablement un plafonnement dans sa réadaptation. Il ne faut cependant pas ménager les efforts et la participation à des activités issues de la programmation d'organismes tel l'ACVA-TCC du BSL afin de conserver les apprentissages acquis lors de la réadaptation.

Les efforts de maintien des acquis peuvent parfois se poursuivre la vie durant. Il peut aussi subsister des séquelles pouvant empêcher la personne d'être entièrement autonome dans ses activités de tous les jours.